Tokyo, ville la plus sûre du monde

D’après un rapport de la très sérieuse « Intelligence Unit » du magazine The Economist, Tokyo s’érige en ce début 2015 comme la ville la plus sûre du monde.

 Répartition des usagers de Twitter et Flickr à Tokyo © Eric Fisher
Répartition des usagers de Twitter et Flickr à Tokyo © Eric Fisher

Quatre critères ont été évalués :
– cybersécurité (fréquence des vols d’identité, nombre d’ordinateurs infectés par des virus…)
– santé (qualité de l’eau et de l’air, accès aux soins, espérance de vie, mortalité infantile…)
– sécurité des infrastructures (désastres naturels, transports, installations électriques, espaces piétons et cyclistes…)
– sécurité des personnes (agressions, vols, drogues…)

A chaque fois, un ratio est effectué entre les mesures prises et la réalité des effets. Par exemple, entre le nombre de policiers sur le terrain et les vols de voiture.

L’étude s’est intéressée à un échantillon de 50 villes « représentatives », et réparties sur 5 « continents » :
– 7 pour l’Amérique du Nord
– 6 pour l’Amérique Latine (dont le Mexique)
– 13 pour l’Europe
– 6 pour l’Afrique et le Moyen-Orient (jusqu’en Iran)
– 18 pour l’Asie

D’autres indicateurs ont été analysés afin de pouvoir tirer des conclusions pertinentes sur la sécurité de manière générale : qualité de vie, coût de la vie, niveau économique, niveau démocratique ou encore sécurité alimentaire.

 

 

Voici quelques enseignements à tirer de l’étude :

— il n’existe pas de lien entre l’accroissement de la population et l’accroissement de l’insécurité. Le rapport cite l’exemple de New York : en 1990, la ville dénombrait 2 245 meurtres (soit 6 par jour !) ; en 2013, le chiffre est tombé à 335, alors qu’entre temps, la population a grimpé d’1 million d’habitants.

— le niveau de développement économique, sans surprise, a une influence significative et l’Asie illustre parfaitement ce constat : Tokyo, Singapour et Osaka trustent les trois premières places tandis qu’Ho Chi Minh et Jakarta arrivent en queue de peloton.
Si la population indonésienne représente le double de celle du Japon, le revenu par habitant est lui quatre fois inférieur.

— la présence de richesses locales (hydrocarbures, mines…) n’a aucune incidence sur la sécurité. Les villes du Moyen-Orient se situent assez bas dans le classement ; Séoul et Tokyo disposent de ressources et de niveau de vie comparables, et sont pourtant très éloignées l’une de l’autre au classement.

— les Européens sont très en retard en matière de cybersécurité. Les Américains sont performants dans ce domaine mais pèchent à l’inverse dans celui de la sécurité des personnes

— si la technologie a vu son impact grandir au fil des années dans la prévention des crimes et délits, les méthodes traditionnelles comme la présence visible des forces de police demeurent efficaces

— « être en sécurité » et « se sentir en sécurité » sont bien deux choses strictement différentes. Sur les cinquante villes, seules deux (Zurich et Mexico) possèdent des scores comparables dans les deux approches. C’est aux USA que l’on trouve le plus grand écart, et notamment à Chicago, où les gens se sentent moins en sécurité qu’ils ne le sont réellement ; à l’inverse, Riyad (Arabie Saoudite) est beaucoup plus dangereuse que ne le pensent ses habitants.

 

 

La performance de la capitale nippone est d’autant plus intéressante qu’elle est la métropole la plus peuplée du monde et qu’elle se trouve sur une importante zone sismique, et que cela ne l’empêche pas de très bien se classer en ce qui concerne la sécurité des personnes.
Moins étonnant, elle fait cavalier seul en tête concernant la cybersécurité.

 Tokyo, après le Grand Tremblement de Terre du Kanto, 1er septembre 1923
Tokyo, après le Grand Tremblement de Terre du Kanto, 1er septembre 1923
Tokyo_takeshita-harajuku-shibuya
Takeshita-dōri, quartier Harajuku (Shibuya-ku, Tokyo) ©Morgan Bouvern

 

Le gouverneur de Tokyo a néanmoins pointé des chantiers prioritaires, au premier rang desquels la prévention des désastres. Il s’agit pour la préfecture de remplacer les encore trop nombreuses maisons en bois (ou même en paille) par des complexes résidentiels et des centres commerciaux modernes, et ainsi prévenir le risque d’incendie en cas de séismes. Le problème pour la préfecture consiste à aborder ce changement sans détruire l’héritage culturel de la métropole.

Tokyo_Maison-traditionnelle-paille
Maison traditionnelle en paille (Shinjuku-ku, Tokyo) ©Stéphanie et Xavier (chroniquesdedo.fr)
Tokyo_Maison-traditionnelle-bois
Maison traditionnelle en bois (Shinjuku-ku, Tokyo) ©Stéphanie et Xavier (chroniquesdedo.fr)

 

La qualité de l’air est aussi un problème important. Des efforts sont réalisés pour créer des zones piétonnes, développer les véhicules à hydrogène et trois routes en anneaux vont être construites autour de la capitale pour désengorger le trafic.
Car s’il y a un point noir pour Tokyo, c’est bien le secteur de la santé. En plus de l’air, il existe des problèmes d’eau potable, et au niveau de l’accès aux soins, la cité portuaire se classe même 17e sur les 50 villes étudiées. Le recyclage et le traitement des déchets (surtout électroniques) demeurent également un problème que Tokyo est bien décidé à prendre à bras le corps.

Tokyo_smog
Smog à Tokyo
Tokyo_mobile-phones-recycling
Recyclage des téléphone portables chez Re-Tem Corp, Tokyo © Toru Hanai (Reuters)

 

 

Mais cette performance sécuritaire et ces prises de conscience écologiques portent un nom : Jeux Olympiques.
En effet, Tokyo doit accueillir les Jeux en 2020 et a dans cette optique lancé un programme en 8 points, le numéro 1 étant la sécurité. Le risque sismique a été anticipé, surtout après Fukushima ; mais le Japon a toujours été à la pointe dans ce domaine, et cela ne surprend pas. Par contre, le Directeur du Comité d’organisation, Toshiro Muto, a fait de la lutte contre la cybercriminalité son cheval de bataille.
Lors des JO de Londres 2012, le site web officiel a subi 200 millions d’attaques (dont 10 millions rien que lors de la cérémonie d’ouverture). Le Japon s’attend à une offensive de plus grande ampleur encore. Le principal souci vient de l’évolution extrêmement rapide des technologies et des méthodes de cyberattaques ; très peu d’enseignements peuvent au final être tirés des attaques de 2012, et il faudra surtout regarder à la loupe les JO de Rio en 2016.

Ainsi, Tokyo compte bien faire de ces Jeux une démonstration en matière de sécurité.

Tokyo-2020_happy-crowd
Annonce de la victoire à Tokyo © Japan Daily Press
Tokyo-2020_citizens-form-thank-you
Annonce de la victoire à Tokyo © Kyodo News

 

Cependant « sécurité » ne rime pas nécessairement avec « qualité de vie ». En effet, sur ces 50 villes, Tokyo n’arrive que 16e (Toronto étant première) [1].

Pour ceux que le sujet intéresse, je vous invite à lire le Rapport complet (anglais) de 42 pages, facile d’accès et comportant de nombreux graphiques explicatifs [2].
Il s’agit de la source quasi exclusive de cet article.

 

 

Pour terminer, j’aimerais tout de même attirer votre attention sur un point : l’étude de The Economist est sponsorisée par l’établissement public NEC, société d’électronique et de télécom basée à Tokyo.
Or NEC a été choisi comme Partenaire or de Tokyo 2020 pour les catégories « Equipement et logiciel spécialisés de sécurité publique » et « Equipement réseau ».
Je laisse le soin à chacun de tirer ses propres conclusions…

Tokyo-2020_logo
Logo des JO de Tokyo 2020

 

 

 

[1] D’après un autre classement, établi par l’agence Mercer Management Consulting, elle se classe même 44e sur 230 (Vienne est première).
http://www.imercer.com/content/quality-of-living.aspx (cliquez sur « press release » pour plus d’infos)

[2] J’en profite pour dire un mot de Paris, tout de même.
23e du classement de The Economist, elle n’intègre le top 10 qu’en matière de santé (5e). Pour la qualité de vie, il faut même aller la chercher en 19e position.
Le seul point où la ville excelle ? : le coût de la vie, avec un score de 130 sur 131 ! (Le plafond est atteint par Singapour ; Tokyo n’arrive (surprise) qu’en 5e positive, à égalité avec Melbourne).
De là à y voir une corrélation…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s