1er avril au Japon

Cela peut paraître étonnant, mais le 1er avril est un jour de farces un peu partout dans le monde, y compris au Japon.

 

L’origine de cette tradition remonte au XVIe siècle lorsque Charles IX promulgue l’Édit de Roussillon, qui instaure le 1er janvier comme premier jour de l’année (signé le 9 août 1564, il prend effet avec l’année 1567). À l’époque, le début d’année se situait généralement au 1er avril, même si en pratique cette date variait d’un diocèse à l’autre, chacun se calant sur ce qu’il voulait. Le roi de France décide se fixer la date, reprenant ce que Charles Quint avait déjà fait pour son empire ; le Pape Grégoire XV validera ce calendrier chrétien en 1622.

Mais qu’en est-il des fameuses blagues et surtout des poissons ?
À vrai dire, l’origine réelle de tout ceci demeure assez obscure. Il reste fort possible que, comme dans beaucoup de cas, plusieurs traditions se soient mêlées :

– lorsque l’édit fut instauré de manière officielle, la population mit du temps à la mettre en pratique. Les gens ayant l’habitude de fêter le nouvel an et de s’offrir des cadeaux le 1er avril, des farces auraient été adressées à ceux qui perpétuaient la tradition. Les cadeaux étant en général d’ordre alimentaire à cette période, le faux poisson y trouva naturellement sa place,

– 1er avril marquait la sortie du Carême, période où il est interdit de manger de la viande et où la consommation de poisson augmente

– également la sortie du signe zodiacal des poissons (20 mars), qui indique aussi la fin de l’hiver

– il s’agit du début de la période de frai, et donc de l’interdiction de la pêche

– sans oublier la tradition du Carnaval, célébrée au début du Carême (fin février, début mars), à laquelle on l’aurait associé

Comme vous pouvez le constater, difficile de cerner la vérité…

 

Toujours est-il que le jour des farces (avec ou sans poisson) se répandit un peu partout dans le monde. « Jour des fous » chez les Britanniques et les Russes, « Jour des mensonges » au Portugal, ou bien « Saison des 10 000 absurdités » au Japon.
Dans l’archipel justement, cette tradition possède plusieurs noms. La plus simple, la transcription de l’anglais « April’s Fool », qui donne quelque chose comme « eipuriru fuuru ». On lui préférera cependant un shigatsu baka (qui signifie la même chose) ou un bangusetsu (plus oriental « saison des 10 000 absurdités »).

Mais pour les Japonais, le 1er avril marque surtout le début des danses des cerisiers en fleurs (Miyako Odori).

sakura_fuji-in-back

Cerisiers en fleurs, avec Mont Fuji en arrière-plan ©1zoom.me

Hanami (« regarder les fleurs ») désigne la tradition consistant à apprécier la beauté des fleurs, et notamment celles des cerisiers, les sakura. Une coutume similaire existe à l’automne (Momijigari) et consiste à observer le changement de couleur des feuilles (kōyō).
Pour la majorité des Japonais d’aujourd’hui, cette période permet surtout de se retrouver en famille ou entre amis pour pique-niquer et se détendre sous les arbres en fleurs. Une véritable institution là-bas où il devient parfois difficile de trouver un endroit où poser sa nappe.

Hanami_picnic-blankets_yasukuni-shrine_chiyoda

Pique-nique au parc du temple Yasukuni (Chiyoda-ku) pour Hanami ©Tokyohamster

Néanmoins, les jeunes profitant de l’occasion pour s’enivrer, leurs aînés semblent plutôt préférer la célébration des ume (abricotiers), qui fleurissent avant.

 

De tradition en tradition, une autre existe au Pays du Soleil Levant.
Le début avril marque en effet le début de l’exercice social : rentrée des classes et rituel d’initiation pour les nouveaux employés. Si Hanami peut être l’occasion de souder les liens en entreprise et d’apprendre à se connaître, l’organisation du pique-nique est devenue une forme de tests pour les novices qui se voient dans l’obligation de réserver des emplacements et de préparer quelque chose d’attrayant pour prouver leur valeur. D’aucuns appelleraient cela du bizutage. Selon les directives du Ministère de la Santé et de la Protection Sociale, cela s’inscrit même dans la catégorie des abus de pouvoir (réalisation d’un travail impossible ou manifestement inutile ; l’intrusion dans la vie privée d’un employé).
Il n’est donc pas rare de croiser des salarymen en train de travailler dans des parcs en attendant que l’arrivée de leurs collègues (qui ne se pointent parfois jamais).

hanami_salarymen-in-parc

Salarymen, en position pour Hanami ©GaijinSeb

sakura_alley

Cerisiers en fleurs ©1zoom.me

D’ailleurs, si des cerisiers fleurissent par chez vous, n’hésitez pas à m’envoyer une photo (avec votre crédit), je la publierai sur le site. 😉

Publicités

3 réflexions sur “1er avril au Japon

  1. Pour ceux qui voudraient célébrer Hanami mais ne peuvent pas se payer un billet pour le Pays du Soleil Levant 🙂 , sachez que les cerisiers du Parc Floral de Vincennes ne sont pas vilains.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s