Chiyoda-ku (千代田区)

Drapeau de Chiyoda
Drapeau de Chiyoda

Aujourd’hui, je vous propose de découvrir l’arrondissement de Chiyoda.

C’est parti !

 

 

Chiyoda
Chiyoda

 

Chiyoda-ku est un arrondissement où l’on travaille, plus qu’on y vit. Il abrite le palais impérial (Kōkyo) ainsi qu’un très grand nombre d’institutions politiques : Parlement (la Diète, ou Kokkai), Cour suprême, ministères…

Palais impérial (Kōkyo)
Palais impérial (Kōkyo)
Kokkai
Kokkai

 

Le centre d’affaires de Marunouchi, siège de nombreuses grandes entreprises a connu de profondes modifications ces dernières années. Sous l’impulsion de Mitsubishi Estate (qui possède la majeure partie des terrains), les vieux bâtiments ont été remplacés par des gratte-ciels ultramodernes, dont les étages inférieur sont dorénavant occupés par des magasins et des restaurants. Plus agréable, le quartier a vu le nombre de simples visiteurs considérablement augmenter.

vue de Marunouchi (depuis le Palais impérial)
Vue de Marunouchi (depuis le Palais impérial)

 

C’est d’ailleurs dans ce quartier que se trouve la Gare de Tokyo (Tōkyō-eki), la plus importante du pays en terme de trafic (plus de 3 000 trains y transitent chaque jour). Les deux côtés de la gare, qui sépare les arrondissements de Chiyoda et Chūō, proposent des architectures très différentes : style ancien pour le côté « Marunouchi », style moderne pour le côté « Yaesu » (situé dans l’arrondissement de Chūō). C’est d’ailleurs à ce niveau qu’arrive le Shinkansen, le train grande vitesse nippon.

Tōkyō-eki - côté Marunouchi
Tōkyō-eki – côté Marunouchi (restauré dans son apparence d’avant guerre)
Tōkyō-eki - côté Yaesu
Tōkyō-eki – côté Yaesu
Tokyo Station (Tōkyō-eki)
Tokyo Station (Tōkyō-eki)

 

Un petit anime a été réalisé cette année pour fêter le centenaire de Tōkyō-eki :

(VO sous-titrée anglais)

Screenshots du film sur Tōkyō-eki
Screenshots du film sur Tōkyō-eki

 

Parallèle au chemin de fer, et à mi-chemin entre la gare et le palais, Naka-dori Avenue est LA rue commerçante de Marunouchi et traverse le quartier de part en part. On y trouve de nombreux cafés et des boutiques de mode, la rue étant fermée à la circulation durant les heures de repas. Les illuminations nocturnes sont particulièrement appréciées.

Brooks Brothers Tokyo
Brooks Brothers ©Les Taylor

Le quartier abrite le Mitsubishi Ichigokan Museum. Lors de son édification 1894 pour la compagnie Mitsubishi, il constituait le premier bâtiment de style occidental du quartier. Il a été reconstruit en 2009 pour servir de musée dédié à l’art occidental du XIXe.

Mitsubishi Ichigokan Museum
Mitsubishi Ichigokan Museum

 

Ōtemachi abrite le siège du Yomiuri Shimbun, le premier quotidien du Japon, mais aussi du monde avec plus de dix millions d’exemplaires [1]. Fondé en 1874, le journal propose deux éditions (matin et soir) déclinées en différentes versions locales.

Siège du Yomiuri Shimbun
Siège du Yomiuri Shimbun

 

Dans ce quartier, on trouve également le Centre Météorologique Japonais (Kisho-chō) et le centre d’incendie de Tokyo (Tokyo Shōbōchō).

Centre météorologique (Kisho-chō)
Centre météorologique (Kisho-chō)
Centre d'incendie (Tōkyō Shōbōchō)
Centre d’incendie (Tōkyō Shōbōchō)

 

Situé dans Kudankita, le sanctuaire Yasukuni (Yasukuni-jinja) est un hommage aux Japonais « ayant donné leur vie au nom de l’empereur du Japon ». Construit en 1869, il accueille les âmes déifiées de plus de deux millions de soldats, morts entre 1868 et 1951. Ce lieu de mémoire constitue une source de tensions pour les états voisins, car il représente un symbole du passé colonialiste du Japon [2].

Temple Yasukuni (Yasukuni-jinja)
Temple Yasukuni (Yasukuni-jinja)

 

Du 13 au 16 juillet, à l’occasion du Mitama Matsuri (みたままつ), le lieu accueille plusieurs milliers de visiteurs qui viennent célébrer la mémoire de leurs ancêtres. À cette occasion, plus de 30 000 lampions sont accrochés à l’entrée du temple.

Mitama Matsuri
Mitama Matsuri

 

Comme un symbole, vous pourrez croiser à l’entrée la statue de Masujirō Ōmura (1824–1869), considéré comme le père de l’armée moderne japonaise.

Statue de Masujirō Ōmura
Statue de Masujirō Ōmura

 

Le cimetière de Chidorigafuchi accueille lui les plus de 350 000 morts non identifiées de la Seconde Guerre Mondiale, aussi bien militaires que civils.

 

 

Tout proche se trouve le parc Kitanomaru, construit au niveau des douves de l’ancien château d’Edo, détruit par un incendie en 1873. Les centaines de cerisiers y sont illuminés la nuit.

Kitanomaru
Kitanomaru

 

Kitanomaru (jour)
Kitanomaru (jour)
Kitanomaru (nuit)
Kitanomaru (nuit)

 

 

À l’opposé (intellectuel) de tous ces bâtiments officiels s’étend le célèbre Akihabara, spécialisé dans le commerce électronique : électroménager, jeux vidéo, informatique ou téléphonie mobile. Mais ce sont surtout les détaillants de pièces détachées qui font l’originalité de ce quartier. On y trouve aussi bien des grands complexes, des chaînes de magasins que de petites échoppes. Les touristes peuvent acheter hors taxes sur présentation de leur passeport.

La rue principale, Chūō-dori, est fermée à la circulation tous les dimanches après-midi.

Ces dernières années, la culture « otaku » (mangas, animes, idols, figurines, jeux de cartes…) a pris possession du quartier et l’électronique a tendance à se déplacer vers Shinjuku. Le bâtiment Don Quijote est le repère du groupe d’idols AKB48, qui s’y produit quotidiennement, tandis que Mandarake se revendique comme le plus grand magasin d’animes et de mangas du monde ; tous deux sont ouverts 7j/7. Le Tokyo Anime Center (TAC) propose lui des expositions et des évènements en rapport avec les animes.

Les rues voient aussi fleurir les fameux Maid Café, qu’il n’y a plus besoin de présenter.

Maid Café à Akihabara
Maid Café ©littlebigtokyo

 

Cependant, cette ambiance moe/kawaii, génératrice de fantasmes et d’argent, a également attiré une population peu fréquentable et vu se développer une très importante prostitution lycéenne.

 

PS : la majeure partie des illustrations provient du fond Wikimedia Commons. (ce n’est pas parce que c’est gratuit et libre d’accès qu’il ne faut pas dire merci).

 

 

Tokyo | → Chūō-ku

 

 

[1] En 2011, en combinant les deux éditions quotidiennes, le chiffre portait à 13,5 millions.

[2] La Corée n’étant qu’un exemple parmi d’autres. Pour plus d’informations, voir la « Sphère de coprospérité de la Grande Asie orientale » (Dai-tō-a Kyōeiken).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s